Le département du Jura se subdivise en plusieurs regions géomorpho-tectoniques. La première à l’ouest, constiuant le premier relief lorsqu’on vient de la bresse voisine est celle du plateau de Lons le Saunier ou plateau lédonien. Celui ci présente donc un relief tabulaire situé à environs 550 m ou aucuns écoulements de surface se produit, comme le caractérise les régions karstiques, seuls ça est la de petite dépression de dolines et de vallées sèches sont présente.

Le plateau est constitué de calcaires du jurassique moyen, plus précisément de calcaires bajocien et bathonien, reposant sur les calcaires gréseux aalénien et ls marnes toarciennes.

Cependant, à la transition avec l’unité morpho-tectonique de la Bresse, le plateau à la particularité d’être entaillé par de profonde vallées se terminant en “bout du monde” appelées reculées. On citeras la plus connues, celle de Baume ou plutot de la Seille mais également les reculées de Poligny, de la Vallière, etc…

Ces reculées ont la particularité de présenter une réseau hydrographie pérenne, à contrario du plateau. En effet, ici, l’eau s’écoule en “sortie” de l’aquifère karstique du plateau à l’interface des calcaires jurassiques et des terrains plus imperméables marneux du Lias. Souvent grottes et tufières sont également présentes.

L’origine des reculées à été maintes fois débattues, couramment on évoque l’érosion régressive du cours d’eau, mais dans ce cas l’eau n’arrive pas du haut du plateau en cascades mais de grottes dans la partie inférieure, cette hypothèse ne semble pas réaliste….quoi que…

En effet, Jean-Claude Frachon, spéléologue et géographe jurassien proposa l’hypothèse suivante, qui à mes yeux semble la plus réaliste.

L’érosion régressive liée à un cours d’eau à bien eu lieu, malgré la nature karstique du plateau . En effet, il ne faut pas oublier que au cours du quaternaire, le Jura étais soumis aux glaciations. A cet époque, le sol gelé appelé permafrost permettais l’imperméabilisation de la surface et donc l’elaboration d’un réseau de drains superficiels. Ceci se confirme par les données de terrains qui nous montre que de nombreuses vallées sèches actuellement débouchent au niveaux des reculées.

Donc , un cours d’eau superficiel circulait sur le plateau et franchissait celui-ci en cascade. Peu à peu il s’encaissa dans le plateau alors que la zone des cascades en amont subissait une erosion regressive intense, plus rapide que l’erosion des versants lateraux donnant à la vallée sont aspect de canyon. Par suite de réchauffement climatique post glaciaire, le réseau de drains superficiels disparu sous terre avec le permafrost. Il ne aujourd’hui reste que des vallées sèches témoin « fossille » de ce passé.

 

Pour en savoir plus:

http://juraspeleo.ffspeleo.fr/docu/reculees/reculees.htm

localisation.jpg cartetopo.jpg cartegeol.jpg Schema de la formation d'une reculée (d'après Frachon) reculée de Baume les Messieurs